Aperçue en 2019, la comète Y4 ATLAS pourrait avoir résolu une question du XIXe siècle… et commencer un nouveau mystère.

Comet Y4 ATLAS

Hubble catches Comet Y4 ATLAS in the act of disintegration. Credit: NASA/Hubble/ESA Quanzhi Ye/Alyssa Pagan/STScI

Dans un univers réglé comme une horloge, les comètes sont les grands jokers, apparaissant souvent de façon inattendue dans les profondeurs du système solaire externe.

Maintenant, une nouvelle étude relie une comète récente à une rupture qui aurait eu lieu il y a cinq millénaires. L’étude de l’Université du Maryland a été publiée récemment dans The Astronomical Journal, le 21 juillet 2021.

L’histoire commence par la découverte de la comète C/2019 Y4 ATLAS dans la nuit du 28 décembre 2019 par le système ATLAS (Système d’alerte ultime d’impact d’astéroïde) à Hawaii. ATLAS capte généralement une douzaine de comètes de longue période par an, dont la plupart n’atteignent jamais la luminosité à l’œil nu.

Mais Y4 ATLAS était différente. La comète entrante devait passer à 0,77 unité astronomique (UA), soit 116 millions de kilomètres de la Terre, le 23 mai 2020, et atteindre une magnitude de 0 à l’œil nu. Cependant, comme pour beaucoup de comètes, cette apparition ne s’est jamais produite, car la comète Y4 ATLAS a commencé à se désintégrer le 20 avril et s’est brisée en 30 fragments distincts. Le télescope spatial Hubble était présent pour assister à la désintégration, qui n’est pas sans rappeler la série de comètes de Shoemaker-Levy 9 qui a frappé Jupiter en 1994.

La Grande Comète de 1844

Il n’est pas rare qu’une nouvelle comète dynamique se désintègre lorsqu’elle s’approche de la chaleur du Soleil pour la première fois. Ce qui a attiré l’attention des astronomes, c’est la similitude de la trace orbitale de Y4 ATLAS avec un autre visiteur célèbre : la Grande Comète de 1844. Cette comète de l’hémisphère sud a été repérée depuis le Cap de Bonne-Espérance au début du mois de décembre 1844, et est restée un objet à l’œil nu pendant la première moitié de 1845. L’astronome Maik Meyer a été le premier à remarquer la similitude entre les deux objets, ce qui a conduit l’astronome Quanzhi Ye à émettre l’hypothèse, dans l’étude, que ces deux objets étaient des fragments d’une comète progénitrice plus grande qui s’est brisée il y a environ 5 000 ans. Et si l’événement s’est produit près du périhélie, un moment privilégié pour les comètes qui se désagrègent en s’approchant du Soleil (rappelez-vous la comète ISON en 2013), alors nos ancêtres ont pu assister à un véritable spectacle dans le ciel, aux alentours de 3 000 ans avant notre ère.

« Si elle s’est brisée aussi loin du Soleil, comment a-t-elle survécu au dernier passage autour du Soleil, il y a 5 000 ans ? » Affirme Ye dans un récent communiqué de presse. « C’est très inhabituel car nous ne nous y attendions pas. C’est la première fois que l’on voit un membre de la famille des comètes à longue période se briser avant de passer plus près du Soleil. »

Il n’est pas rare qu’une nouvelle comète dynamique se désintègre lorsqu’elle s’approche de la chaleur du Soleil pour la première fois. Ce qui a attiré l’attention des astronomes, c’est la similitude de la trace orbitale de Y4 ATLAS avec un autre visiteur célèbre : la Grande Comète de 1844. Cette comète de l’hémisphère sud a été repérée depuis le Cap de Bonne-Espérance au début du mois de décembre 1844, et est restée un objet à l’œil nu pendant la première moitié de 1845. L’astronome Maik Meyer a été le premier à remarquer la similitude entre les deux objets, ce qui a conduit l’astronome Quanzhi Ye à émettre l’hypothèse, dans l’étude, que ces deux objets étaient des fragments d’une comète progénitrice plus grande qui s’est brisée il y a environ 5 000 ans. Et si l’événement s’est produit près du périhélie, un moment privilégié pour les comètes qui se désagrègent en s’approchant du Soleil (rappelez-vous la comète ISON en 2013), alors nos ancêtres ont pu assister à un véritable spectacle dans le ciel, aux alentours de 3 000 ans avant notre ère.

« Si elle s’est brisée aussi loin du Soleil, comment a-t-elle survécu au dernier passage autour du Soleil, il y a 5 000 ans ? » Affirme Ye dans un récent communiqué de presse. « C’est très inhabituel car nous ne nous y attendions pas. C’est la première fois que l’on voit un membre de la famille des comètes à longue période se briser avant de passer plus près du Soleil. »

Les comètes en 2021

En ce moment, il semblerait que nous vivions une « sécheresse de comètes », bien que la comète C/2020 F3 NEOWISE a fait un beau spectacle l’été dernier. Il faut remonter à plus d’une génération maintenant, jusqu’à l’apparition des comètes Hyakutake et Hale-Bopp à la fin des années 1990, pour voir les dernières « grandes comètes » vraiment spectaculaires, juste avant que la photographie sur pellicule ne cède sa place à l’imagerie numérique. Et bien qu’il n’y ait pas encore de grande comète en approche, la comète C/2021 A1 Leonard pourrait réaliser une bonne performance en décembre 2021, brillant à une première magnitude à l’aube.

Une grande partie de la comète liée à Y4 ATLAS et à la Grande Comète de 1844 existe-t-elle encore ? Peut-être… mais nous devrons peut-être attendre cinq millénaires pour le découvrir.